Travailler ensemble pour l’unité entre les syndicats, les mouvements environnementaux et tout le monde

Notre objectif est d’élargir et de renforcer à la fois les organisations syndicales et environnementales dans nos efforts pour assurer un avenir durable. 

En tant que syndicalistes, nous savons que les personnes travailleuses, les dirigeant·e·s de syndicats et les militant·e·s pour la justice climatique partagent des objectifs communs et font face à des obstacles communs dans leurs efforts pour les atteindre. Nous voulons travailler ensemble avec les militant·e·s pour la justice climatique pour surmonter ces obstacles, pour comprendre et améliorer les liens entre les questions concernant les personnes travailleuses et l’élimination du changement climatique. 

Pour bâtir l’unité la plus large possible, le travail sur le changement climatique ne doit pas exclure ni se faire aux dépens des personnes qui travaillent au sein des entreprises impactées. Nous devons soutenir et mobiliser les personnes et les communautés dont le revenu dépend de l’extraction des combustibles fossiles. Une des tactiques employées pour diviser nos mouvements est de dire aux personnes travailleuses de “choisir” entre des emplois stables et un environnement sain. En réalité, nous avons tou·te·s autant besoin d’un travail qui ait du sens et nous permette de vivre, que d’une planète durable pour nous-mêmes et les générations futures. 

Les syndicats du monde entier utilisent le concept de “transition équitable” pour mobiliser, éduquer et forger des alliances afin de provoquer un changement systémique vers un avenir durable. Pour accomplir une “transition équitable“, les personnes travailleuses devront participer à toutes les décisions qui affectent leur capacité à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. De nombreux groupes environnementaux appuient les efforts des syndicats pour soutenir les personnes travailleuses durant la transition énergétique. 

Les divisions sont nombreuses et peuvent être difficiles à surmonter. Il existe un système d’oppression sous-jacent qui emploie le classisme, le racisme, le sexisme et beaucoup d’autres formes d’oppression pour introduire la confusion chez les personnes travailleuses et les militant·e·s pour la justice climatique, et pour les détourner de leurs véritables connexion et puissance. Les chefs de gouvernement exacerbent ces divisions en poursuivant des politiques qui accroissent les inégalités.

Au sein de Sustaining All Life/United to End Racism, nous avons appris que nous pouvons guérir de la façon dont l’oppression nous a blessé·e·s et que faire cela renforce notre travail. Nous savons que nous devons affronter l’oppression intériorisée — les messages négatifs nous concernant et concernant d’autres personnes opprimées, des messages que parfois nous croyons et appliquons dans nos actions. En nous guérissant, nous pouvons penser plus clairement à la façon dont le classisme, le racisme, le sexisme et les autres oppressions affectent nos mouvements et la société en général, et nous pouvons résorber les divisions au sein de nos relations, de nos organisations et de nos mouvements. Guérir de l’oppression n’est pas un substitut à l’action contre elle, mais cela constitue une part vitale du travail nécessaire pour mettre fin à toutes les formes d’oppression. 

En relâchant au sein d’un réseau de soutien les sentiments de détresse causés par l’oppression, nous pouvons renforcer nos espoirs, notre flexibilité, notre engagement et notre connexion à l’ensemble de la population. Cela nous permettra de bâtir des mouvements plus puissants, plus unis qui soutiennent le vivant et subviennent aux besoins de tout le monde.

Image 01 Image 01 Image 01