Juifs et urgence climatique : Bâtir un front uni

L’urgence climatique affecte tout le monde. Elle menace notre monde et notre avenir. Le renversement du changement climatique ne pourra être accompli que grâce à des coalitions établies sur de larges bases et dépassant les lignes de séparation, notamment le racisme, le classisme, le sexisme, l’antisémitisme, l’islamophobie, l’âgisme, l’oppression anti-LGBQT. Les Juifs peuvent et doivent faire partie intégrante de ces coalitions.

Les origines du people juif sont liées de façon inextricable au monde naturel, à savoir un engagement envers des relations éthiques avec la terre, les animaux et tous les peuples. Toutefois, dans les différents territoires et les diverses époques où vivaient les Juifs, nous avons été la cible du génocide, on nous a interdit de posséder des terres et on nous a exilés de nos pays. En tant que participants au mouvement pour la justice climatique, les Juifs peuvent récupérer leur relation avec la terre en coopération avec tous les peuples du monde. 

En tant que peuple maintenant dispersé à travers le monde, les Juifs sont de toutes origines ethniques. Les Juifs sont mizrahis, sépharades, ashkénazes ; nous sommes religieux et séculaires, personnes de couleur et autochtones, jeunes et âgés, et de toutes origines sociales. Les Juifs forment un peuple qui a survécu au génocide et à l’exil et qui porte en lui un trauma intergénérationnel. Les Juifs peuvent guérir de ce trauma et bâtir une plus grande unité au sein de leur propre peuple. À mesure que nous construisons cette unité, nous serons plus à même de soutenir et de suivre le leadership des communautés en ligne de front, notamment les gens pauvres, les personnes de couleur, les populations autochtones et tribales au sein du mouvement pour la justice climatique. 

L’antisémitisme est le mauvais traitement institutionnalisé des Juifs et la singularisation des Juifs comme responsables de nombreux problèmes dans le monde. Les Juifs ont été continuellement utilisés comme bouc-émissaires pour protéger les intérêts des classes possédantes. Bien que l’antisémitisme inflige terreur et violence aux Juifs, il est dirigé contre toutes les personnes qui travaillent : historiquement, l’antisémitisme a divisé la classe ouvrière et l’a détournée d’une mobilisation efficace lui assurant un accès équitable aux ressources du monde. 

La montée actuelle de l’antisémitisme ne survient pas par hasard. Elle se produit au moment où les inégalités de revenus sont au plus haut. Les syndicats ont moins de pouvoir, le néo-facisme est en augmentation, les migrants ainsi que d’autres groupes sont attaqués. Dans ces conditions économiques et climatiques de plus en plus désespérées, les sentiments de colère et de trahison au sein des personnes travailleuses peuvent être détournés et mener à la recherche de bouc-émissaires. Les personnes de la classe ouvrière ont besoin d’informations sur la manière dont opère l’antisémitisme afin de le reconnaître, de se dresser contre lui et de l’empêcher de diviser nos mouvements — y compris le mouvement visant à restaurer notre environnement. 

Dans de nombreux mouvements progressistes, les questions touchant Israël sont devenues des sujets de division. La critique des politiques du gouvernement israélien envers le peuple palestinien n’est pas de l’antisémitisme. Mais singulariser Israël comme responsable des difficultés complexes rencontrées au Moyen-Orient peut représenter un aspect de l’antisémitisme et peut jouer un rôle inutilement diviseur au sein des mouvements de libération en général. Il est important que les militants climatiques comprennent comment opère l’antisémitisme afin qu’il ne soit pas utilisé pour faire dérailler le mouvement pour la justice climatique.

Les Juifs peuvent et doivent apporter leur long historique de mobilisation progressiste au sein du mouvement pour la justice climatique. Dans le passé, l’antisémitisme a conduit de nombreux Juifs à rester invisibles en tant que Juifs dans le mouvement militant. Il est à présent crucial que les Juifs soient pleinement actifs dans le travail pour la justice climatique, qu’ils soient visibles en tant que Juifs et qu’ils luttent aux côtés de tous les autres groupes opprimés. 

1  Bien que le terme antisémitisme ne soit pas très précis (il existe d’autres peuples sémites qui ne sont pas juifs), c’est celui qui a été largement employé en référence à l’oppression spécifique dirigée contre le peuple juif.

2 Le néo-facisme correspond à une idéologie et une culture politique qui comprennent l’ultra-nationalisme, le suprématisme blanc, l’autoritarisme, la domination masculine, la xénophobie, le refus de l’immigration, ainsi qu’une stratégie d’érosion des droits démocratiques fondamentaux du citoyen, du droit de vote, de la presse indépendante et du système judiciaire, le tout étant mis en œuvre à travers la violence, l’intimidation, le culte de la personnalité et la propagande.

Image 01 Image 01 Image 01