La crise climatique et la guerre

Le changement climatique a joué un rôle dans beaucoup de conflits armés récents et on projette qu’il constituera une force motrice plus grave encore pour de futurs conflits. Les militaires du monde entier sont une source majeure d’émissions carbone à cause de leur consommation énorme des combustibles fossiles et de leurs opérations industrielles tentaculaires.

La guerre alimente le changement climatique et amplifie ses effets

De toutes les sources institutionnelles de changement climatique, aucune n’est plus importante que les institutions militaires du monde entier. Par exemple, les forces armées étasuniennes constituent à elles seules la source institutionnelle la plus importante d’émissions carbone dans le monde — avec leur dépendance massive vis-à-vis des combustibles fossiles pour faire fonctionner leurs avions, leurs navires et leurs véhicules terrestres, et pour alimenter leurs milliers d’installations. Les militaires étasuniens émettent davantage de carbone que la plupart des nations sur Terre, notamment le Portugal et le Danemark.

Au niveau mondial, le complexe militaro-industriel consomme annuellement de nombreux milliards de dollars qui pourraient être employés à des solutions potentielles à la crise climatique. Les dépenses militaires globales se montent actuellement à 1,8 trilliards de dollars par an, les États-Unis et la Chine réunis représentant la moitié de ce montant. En affectant ne serait-ce que la moitié de cet argent à la gestion du changement climatique, nous pourrions rapidement résoudre la crise.

La quantité énorme de carbone émise par les militaires amplifie les effets du changement climatique. Les conflits armés intensifient la déforestation, la désertification, la pollution de l’air, la contamination de l’eau et l’empoisonnement des sols. La guerre empêche de nombreuses communautés de s’adapter et de récupérer du changement climatique. Elle détruit les infrastructures — et la reconstruction de ces infrastructures nécessitera à terme une production et une construction industrielles fortement émettrices de carbone. 

La guerre génère des déplacements internes de population et des réfugiés, comme le fait le changement climatique. Ces populations sont alors hautement vulnérables aux effets du changement climatique. Dès que de nombreux réfugiés climatiques affluent dans de nouveaux endroits, ils entrent souvent en conflit avec d’autres populations vulnérables quand les ressources naturelles s’épuisent — ainsi se perpétue le cycle du changement climatique, de la violence et de la guerre.

Le changement climatique crée les conditions de la violence et de la guerre

On prévoit qu’en 2050, 200 millions de migrants climatiques auront été forcés de se déplacer parce que des conditions météorologiques extrêmes ou modifiées auront rendu leur existence invivable là où ils résidaient. Rien que cette année-ci, des événements climatiques extrêmes (sécheresses, incendies, inondations, et plus encore) provoqueront probablement le déplacement de 25 millions de personnes dans le monde. Beaucoup de ces événements sont produits ou amplifiés par le changement climatique. 

La migration forcée des populations — à la fois au sein des nations et à travers les frontières internationales — engendre des pressions économiques, politiques et sociales à mesure que les ressources essentielles se raréfient et que les inégalités augmentent. Parfois, la migration forcée s’ajoute à des tensions préexistantes au sein des pays. Ces dynamiques ont joué un rôle majeur dans un certain nombre de conflits armés — en Syrie et au Soudan, parmi d’autres. 

On s’attend à voir la tendance s’intensifier à mesure que les conséquences à long terme du changement climatique — l’insécurité alimentaire, le manque d’eau potable, la canicule, les dégâts dramatique causés aux communautés littorales — se font sentir dans davantage de régions du monde. Les régions où l’impact du changement climatique le plus grave est prévu sont souvent celles parmi les plus pauvres et/ou les plus densément peuplées. Ces populations auront le plus faible accès aux ressources dont elles ont besoin pour leur survie et pour éviter un conflit armé.

Guérir des blessures de la guerre et du changement climatique

Le changement climatique et les conflits armés affectent profondément chaque personne. Ils nous font ressentir impuissance, découragement et désespoir. Les survivants de la guerre en ressortent terrifiés. Nous tous devenons emmêlés dans le cercle vicieux de la destruction et du trauma. Les blessures émotionnelles dûs à la guerre sont si grandes que nous y devenons souvent insensibles. Notre insensibilisation et notre confusion peuvent nous empêcher de penser correctement. Il peut devenir difficile de voir le lien entre la guerre et le changement climatique et de bâtir l’unité dont nous avons besoin pour les éliminer. 

Nous pouvons guérir des traumas de la guerre et du changement climatique. Nous avons besoin de raconter nos expériences en lien avec la guerre et le changement climatique. Nous avons besoin de devenir de féroces alliés avec les personnes qui ont été directement impactées par ces phénomènes. Nous avons besoin de récupérer notre connexion avec tous les gens et avec l’environnement. À mesure que nous luttons pour éliminer toutes les oppressions, mettre fin à la guerre et au changement climatique, une étape importante consistera à rediriger les ressources consacrées à la guerre au profit des solutions climatiques.

Image 01 Image 01 Image 01